Histoire de l'aromathérapie

Le mot Aromathérapie est apparu au début du XXème siècle pour définir l'utilisation des huiles essentielles et des plantes dans divers traitements para de maladies physiques et psychiques. Cependant, les principes sur lesquels elle repose remontent à la civilisation égyptienne qui connaissait très bien les propriétés curatives des plantes. Entre le XIXème siècle et le début du XXème siècle, les plantes étaient utilisées dans les pharmacies ou dans les herboristes afin de créer des infusions et de faire des pommades. Cependant, les secrets et les pouvoirs renfermés dans les plantes se perdent au long des années et ils sont remplacés par la science.

En 1920 René Maurice Gattefossé, chimiste français dont la famille était propriétaire d'une entreprise de parfums, s'est lancé dans la redécouverte des propriétés miraculeuses des plantes. On raconte qu'un jour Gattefossé a brûlé sa main pendant qu'il travaillait et qu'il l'a plongé dans de l'huile essentielle de Lavande. La brûlure a très vite disparu et l'Aromathérapie Moderne est née.

Biochimiste française, Marguerite Maury a également participé dans cette science. Elle a prouvé les effets thérapeutiques des huiles essentielles sur le corps et dans l'esprit et elle a développé la méthode de dilution et l'application des huiles essentielles dans les massages.

L'Aromathérapie moderne a atteint sa maturité en 1980, l'époque à laquelle les biochimistes ont isolé les composants responsables de ses incroyables propriétés dans les huiles essentielles. A partir de ce moment-là, la science a recommencé à centrer ses investigations dans l'étude des plantes. Par exemple, l'aspirine (acide acétylsalicylique) a été créée à partir d'une substance chimique (la salicine) trouvée sur un saule. Les propriétés antipyrétiques et analgésiques du saule étaient déjà connues par Hippocrate qui recommandait les feuilles de saule pour le thé afin de soulager des douleurs et des états fébriles.