Histoire de la Distillation des Boissons Alcoolisées

Le procédé de distillation (du Latin 'de-stillare' qui signifie 'égoutter') consiste à séparer un liquide à travers son évaporation et sa condensation. L'exemple le plus simple de ce procédé peut être observé quand la vapeur de la chaudière va se poser en gouttes d'eau distillée sur une superficie froide. La distillation est utilisée pour séparer les liquides des solides non volatils ainsi que dans la séparation des liqueurs d'alcool des matières fermentées, de deux liquides ou plus avec différents points d'ébullition, de l'essence, du pétrole et des huiles lubrifiants extraits à partir du pétrole brut. Il y a d'autres applications industrielles qui comprennent le dessalement de l'eau de la mer (extraire la salinité de l'eau pour la rendre potable).

Au IVème siècle avant J.C, Aristote a suggéré la possibilité d'effectuer des distillations et a écrit ceci: "Nous pouvons rendre l'eau de la mer potable à travers la distillation et le vin ainsi que d'autres liquides peuvent subir le même procédé ». En effet, la distillation est un ancien procédé qui remonte à l'an 2000 avant J.C. On considère que les premières distillations se sont réalisées en Chine, en Egypte et dans la Mésopotamie dans le cadre médicinal et également dans le but de créer du baume, des essences et des parfums. Vers 1810 avant J.C, la parfumerie du roi Zimrilim dans la Mésopotamie a employé cette méthode pour faire tous les mois des centaines de litres de baumes, d'essences et de l'encens de cèdre, de cyprès, de gingembre et de myrrhe. Les distillations effectuées ont pour objectif de produire des cosmétiques, des substances médicinales et des substances utilisées dans l'embaumement des morts et dans la réalisation de rituels spirituels. La reine Cléopâtre connaissait l'art de la distillation et on pense qu'elle a fait un rapport sur ce procédé qui a été perdu. Au Ier siècle, le physicien grec Pedanius Dioscurides a cité ce procédé après avoir observé une condensation dans le couvercle d'un récipient où du mercure avait été chauffé.

Les historiens affirment que l'alambic a été très probablement inventé vers 200 ou 300 après J.C par Marie, la juive ou par Zosime de Panoplie, un alchimiste égyptien dont la sœur, Theosebeia, a inventé beaucoup de modèles d'alambics et de condensateurs de reflux. D'autres affirment que pendant les VIIIème ou IXème siècles, les alchimistes arabes ont utilisé l'alambic pour obtenir des essences plus raffinées, utilisées dans les parfums, alors que d'autres alchimistes arabes l'ont utilisé pour essayer de convertir le métal en or. "Ambix" est un mot grec utilisé pour désigner un vase avec une petite ouverture. Ce vase fait partie de l'équipement de distillation. Initialement, les arabes ont changé le mot "Ambix" en "Ambic" et ont baptisé l'équipement de distillation "Al Ambic". Plus tard, en Europe, le mot a été changé en "Alambic".

Distillation des Vins

Les civilisations de tous les coins du monde ont très vite développé des boissons alcoolisées. En 800 avant J.C., les chinois ont distillé une boisson de riz. Apparemment, les romains ont produit une boisson distillée même si l'on n'a pas trouvé des références écrites antérieures à l'an 100 après J.C. La production de boissons alcoolisées spiritueuses à travers la distillation remonte à la Grande-Bretagne (période antérieure à la conquête romaine). Le Portugal, l'Espagne, la France et le reste des pays de l'Ouest européen ont probablement produit des boissons alcoolisées, mais de manière limitée après avoir été en contact avec les arabes.

On attribue à Ibn Yasid l'utilisation de l'alambic pour l'obtention d'alcool. Cette découverte a été faite après le Xème siècle. Initialement, l'alcool a été utilisé dans le cadre médicinal et pour prolonger l'espérance de vie ("l'eau miraculeuse" ou l'élixir de la vie). Les premières boissons alcoolisées distillées étaient faites de substances à base de sucre. À la base, on a utilisé les raisins et le miel pour faire du brandy de raisins et de l'hydromel.

Au XIème siècle, l'invention du tube de refroidissement en spiral a révolutionné la principale distillation. Contrairement à ce qui arrivait avant quand les distillateurs utilisaient un tube de refroidissement droit, Avicenne a inventé un tube de refroidissement qui a permis à la vapeur des plantes de refroidir plus vite.

Aux XIVème et XVème siècles, lors des invasions turques en Europe, réalisées au nom d'Allah, de nombreux us et coutumes ainsi que des secrets ont été laissés par les turcs dans les pays qu'ils ont traversés. Parmi ces secrets, il y avait celui de la distillation. L "al-ambiq" ou l'alambic et la fabrication de l"al-koh`l" ou alcool sont très vite devenus fameux dans le monde chrétien. Ce procédé s'est développé, y compris ses effets sur le liquide, avec la divulgation de la connaissance de la distillation dans toute l'Europe alors que le rêve des alchimistes, qui consistait à faire de l'or avec l'alambic, n'est pas devenu réalité. Des boissons alcoolisées ont été découvertes et appelées "acqua vitae" ou "élixir de vie". Les boissons spiritueuses ou « l'élixir de vie" ont été utilisées en vertu de leurs qualités thérapeutiques. Les observations pharmaceutiques, effectuées très tôt, ont attribué des pouvoirs curatifs aux boissons spiritueuses vu que celles-ci provoquaient un sentiment de relaxation et de bien-être. Depuis ces faits, la consommation de boissons alcoolisées spiritueuses est devenue habituelle dans les occasions sociales, ce qui a donné naissance à une variété infinie de boissons actuellement commercialisées comme le Palinka de la Hongrie, le Schnapps de l'Allemagne, le Grappa d'Italie, le Cognac et l'Eau-de-vie de la France, le Whisky de l'Écoce et de l'Irlande, la Aguardente du Portugal, la Tequila de Mexico, le Rhum de l'île de la Barbade et des Caraïbes ou la Vodka de la Pologne et de la Russie qui sont toutes considérées 'Acqua Vitae' ou 'élixir de vie'.

L'alambic a été amélioré peu à peu. En 1526, Paracelsus a utilisé pour la première fois le 'bain-marie', appelé autrefois balneum Mariae par les alchimistes. Cette méthode évitait d'ouvrir une fente dans le récipient pendant que celui-ci chauffait et stabilisait la température des liquides. Le système de refroidissement de la vapeur a été également amélioré. Le tube fonctionnait à travers des récipients qui contenaient de l'eau froide. En 1771, le chimiste allemand Christian Ehrenfried Weigel a inventé un instrument qui plus tard a été appelé, par erreur, condensateur de Liebig. Celui-ci est le précurseur de l'équipement de condensation de l'actualité dans lequel le tube, qui conduit le distillat en dehors de l'alambic, était à l'intérieur d'un autre rempli d'eau.

Plusieurs alambics ont changé leurs formes et ont évolué selon le pays qui utilisait l'équipement de distillation et bien évidemment la capacité de l'alambic (elle dépend du produit que l'on a l'intention de distiller). L'alambic traditionnel portugais a une forme arrondie, similaire à celle de l'oignon, car les distillateurs ont cru très tôt que plus sa forme était arrondie, plus on favorisait le retour des vapeurs d'eau vers le pot, ce qui permettait d'obtenir une eau-de-vie de bonne qualité.

La manufacture d'alambics en cuivre portugais est aussi ancienne que la production de l'eau-de-vie. En effet, l'eau-de-vie est un ingrédient essentiel du fameux Vin de Porto. L'histoire du Vin de Porto est longue et ancienne. On croit que les premières vignes ont été plantées par les phéniciens dans la région de la Régua, au long de la vallée du Douro. Il n'y a pas de précision quant aux preuves archéologiques. La dépouille archéologique comprend un récipient en pierre où l'on écrasait les raisins qui datent au minimum du IIIème et du IVème siècles. Mais c'est seulement pendant la seconde moitié du XVIIème siècle que ce vin a été appelé Vin de Porto. À cette même époque, on a ajouté de l'eau-de-vie aux vins qui provenaient de cette région. Les vignes de la région du Douro se sont répandues et on a vérifié une extraordinaire augmentation de l'exportation du vin de Porto au XVIIIème et au XIXème siècles qui a rivalisé avec les fameux vins français.